Collée au trottoir

Il arrive un jour où malgré tout bricolage, malgré la clef dans le contact, le moteur refuse de partir à tout jamais… Ce jour là, si l’engin s’avère vraiment indispensable, on rachète malgré soi une autre voiture !

Que faire de l’épave ?

Pourquoi ne pas la stationner sur une non-place de stationnement, au moins, elle ne prends la place de personne. Ainsi, année après année, elle rouille mais elle vieillit. Si sa prise de bouteille est plus rapide que sa décomposition, sa valeur initiale proche de zéro a toutes les chances de monter à chaque rotation annuelle ! Un printemps suit l’autre et la cote argus grimpe, grimpe…

Ainsi, entre avril 2014 (ci dessus) et novembre 2017 (ci dessous), notre voiture jaune n’a pas bougé d’un iota.

C’est quoi cette bagnole ?

Figurez-vous que j’ai failli vous poser la même question ! Il n’y a aucun signe sur la carrosserie pouvant me donner une idée du constructeur et rien dans ma mémoire pour me guider. Alors que pourtant…

Pourtant une petite recherche sur les anciennes Fiat qui s’avère rapidement une fausse piste, puis avec « vieille berline forme ronde » dans un moteur de recherche populaire, onglet Images, et hop mais c’est bien sur, c’est une Renault Dauphine. Fabriqué en France de 1956 à 1967, elle fût la première voiture européenne fabriquée en Argentine dans l’usine de Córdoba (1960 – 1970).

Si cela se trouve, cette Dauphine jaune est peut être la première Renault Argentine ? Nous sommes potentiellement face à une pièce de musée, une pièce unique !

Comment une voiture aussi classe, la « plus jolie petite 4 places du monde » selon l’hebdomadaire américain The Motor en 1957, a t-elle pu quitter ma mémoire aussi vite. S’est-elle transformée rapidement en tas de rouille chez nous la rayant d’un coup de mon passé ? Les années 70 ont-elles balayé les gammes par des modèles plus anguleux comme la Renault 8 (1963 – 1976 tout de même) ?

Cela dit, même en Argentine, on ne croise plus guère de Dauphine…

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Collée au trottoir

  1. Fabrice dit :

    J’avais reconnu, j’avais reconnu…. 🙂

    • Gabriel.Moreau dit :

      Bravo, j’ai failli sécher, abandonner et quand je me suis rendu compte que c’était bien une Dauphine, j’ai alors pris un sacré coup de jeune !

  2. Sophie dit :

    mais oui, une Dauphine bien sûr! fallait me demander, je t’aurais dit!
    mon grand-père en avait une 😉

    • Gabriel.Moreau dit :

      Finalement, la Dauphine a bien plus de succès que la Dameuse ! Je sais sur quoi je vais écrire dans les prochains mois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.