La passerelle emballée

Je ne sais pas si elle est enchantée mais les lutins sont passés pas là, c’est sur. Depuis, plus moyen de la voir à nue, la voici drapée d’une belle tenue blanche comme neige, telle une future reine…

De qui parle t-on ?

De la passerelle Saint-Laurent, évidement. Le pont emblématique de Grenoble maintes fois reconstruit et ayant pris sa forme actuelle en 1909. Il est toujours là 100 ans après mais sans véhicule, sauf les cyclistes, depuis des années. D’où son appellation de pont et de passerelle ! Masculin et féminin, une tête de pont emblématique pour la langue française.

Depuis quelques mois, la robe blanche intrigue, intrigue encore et encore. J’ai beau passer en vélo régulièrement au pied du chantier (la piste cyclable est d’ailleurs supprimée sur 100 m pour laisser la place à un empilement de conteneurs), les panneaux explicatifs ont été oublié ou sont si petits que je ne les ai point aperçu… Au vu des frais de la rénovation, car cela ne peut être autre chose, une meilleure communication aurait été sympathique.

Emballement ?

Quand voyons-nous de nos jours un tel déballage d’emballage, c’est qu’il y a un risque. Risques extra-terrestres (voir E.T.), risques chimiques, risques biologiques… ? En général, nous voyons des petits hommes blancs lorsque est démontée une toiture au fibrociment. Vous savez, ces tôles ondulées remplies d’amiante qui n’ont été interdit qu’en 1996 alors qu’à la tête de l’état (et de la médecine), le coté ultra nocif de l’amiante était connu depuis longtemps, depuis plus de 50 ans…

Et le rapport avec ma passerelle ?

Celle-ci est en cours de désamiantage. Oui car même sans toit et sans fibrociment, on pouvait avoir de l’amiante. Vous êtes content de le découvrir au détour de votre chronique. A priori, il y avait effectivement de l’amiante dans les peintures puisque l’ensemble de l’ouvrage passe au sablage… Il y a un petit reportage du 21 février de France 3 Alpes dans les entrailles de la passerelle Saint-Laurent tout à fait édifiant. À regarder absolument !

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.