Les ravages des chutes printanières

Que se passe t-il lors des chutes de neige du printemps en plaine ? La neige est en général très lourde, les feuilles sont de sortie ou sur le point de sortir. Bilan, la neige colle et forme des amas bien compacts autour des branches.

Pas de mystères, sauf quelques éléments léger, voir plus léger que l’air (qui n’est pas un élément mais bon simplifions), tout cela pèse. Et l’eau, H2O, est plus lourde que l’air… Sous le poids, la branche plie, le tronc plie puis viens alors trois solutions :

  • la neige s’arrête de tomber et on en reste là ;
  • la branche plie jusqu’au sol et les efforts sont alors directement transmis à celui-ci à partir de ce point là ;
  • la branche ou le tronc plie et casse, le point de rupture a été passé.

Tous les scénarios peuvent se voir lors d’une chute en fonction du lieu et de l’arbre concerné. Tout le monde n’a pas la même résistance mécanique ni la même limite élastique. C’est ainsi que notre lilas, après avoir plié jusqu’au sol est remonté légèrement après avoir été secoué par votre bien aimé rédacteur. Le soir même, il avait de nouveau une forme digne. Dix jours après cet évènement marquant, il a repris son attitude hautaine et digne comme si de rien ne s’était passé.

Ce n’est pas le cas de tous les arbres et arbustes du coin. Mais pour ce jour, il fallait une histoire qui finisse bien. C’est ainsi à la Saint Maxime !

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.