Patapont

Difficile de ne pas flasher sur ce pont dès le premier regard. Sa couleur jaune repose et attire inexorablement l’œil. Il a par ailleurs un petit coté enfantin, ne trouvez-vous pas ?

En effet, il me rappelle les jeux avec les petites voitures de mon enfance. On avait des circuits couple permettant de faire des loopings. Il existe même ce genre de chose avec certains modèles de circuits de voiture électrique, mais nous n’avions pas cela chez nous, il fallait squatter celui d’un copain. À cette époque-là, il n’était pas encore possible de tout avoir !

Donc ce pont, on a envie de courir à fond dedans, à la Usain Bolt, avoir la tête en bas au milieu pur arriver de l’autre côté comme si de rien n’était. Cela doit être tout bonnement génial.

L’œuvre n’est seulement pas accessible à au commun des mortels. Elle est là pour mettre un peu d’art au milieu de cette pelouse arborée. On n’a pas le droit de la toucher. Dommage… D’ailleurs, la photographie a été prise en 2016 au Futuroscope, il est possible que le pont est depuis coupé ses attaches avec le parc et se soit mis à voguer dans d’autres océans depuis.

L’artiste à l’origine du projet est Laurent Gongora. Il est possible de retrouver le plasticien dans un podcast du France-Culture.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.