Pilote de port

Un métier peu connu est pilote de port. Derrière ce mot ce cache une fonction qui peut être très loin de ce que l’on peut imaginer au premier abord.

Un pilote de port n’est pas du tout chef d’un port. Ce n’est pas le directeur. Il n’a aucune fonction administrative sur la gestion d’un port… Il ne dirige pas non plus la direction que prend un port, les aspects techniques, le développement, sa direction par rapport au vent… Rien de tout cela en pratique.

Un pilote ne pilote pas un port. Point final.

Alors que fait-il ?

Il pilote tout bêtement les bateaux qui entrent et sortent d’un port. En effet, chaque port étant particulier, chaque quais demandent une trajectoire adaptée, ce n’est plus la capitaine qui dirige la manœuvre lors de ces moments là mais le pilote. L’objectif est d’éviter les tamponnade de bateau comme parfois dans les parkings souterrains avec les voitures qu’on retrouve rayées… Lors de ces entrées sorties de port, le pilote est seul maître à bord, c’est lui qui décide et donc est aussi responsable a priori en cas de casse !

C’est bien beau tout cela mais le rapport avec les belles images ?

En effet, c’est bien beau ces photographies prisent depuis le pont supérieure. Lorsqu’un petit bateau comme cela, bien motorisé, bien protégé des intempéries, tourne autour d’un grand et viens lui faire une caresse, en générale latérale, il y a un pilote de port pas loin ! Dans le cas présent, nous étions sur le chemin allé vers la Sardaigne, il fallait donc entrer dans le port. Le pilote est donc amener au ferry et l’opération délicate et dangereuse pour lui est de passer d’un bord à l’autre. Il n’est pas possible d’être bien attaché des deux cotés (il y a quand même une ligne de vie), car en cas de danger, il pourrait y avoir risque d’être écartelé ! Donc il saute sur une échelle de corde et remonte le bastingage jusqu’à la première porte. En général, l’opération se réalise toujours sous le vent, là où la mer est la plus calme… Par mer démonté, cela doit être quelque chose ! D’ailleurs, dans les cas très compliqué, le pilote est descendu depuis un hélicoptère.

Une fois le pilote à bord, la navette repars au port vide de pilote, mais avec tout de même un skipper !

Dans l’autre sens, lorsqu’un navire quitte le bord, le pilote monte à bord à quai et quitte le navire en pleine mer. Idem, le passage d’un bord à l’autre doit parfois être chaud chaud bouillon. Attention à ne pas perdre un pied ou une main en se le faisant coincer entre les deux navires…

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.