Contre-jour vert

Le site est surtout splendide le matin. Le soleil se lève, le vert des pelouses d’alpages réfléchi intensément les photons et donne une ambiance particulière au site. Après le matin, le midi donc ou l’après-midi, le soleil n’est plus rasant et la montagne est alors plate. Ce n’est plus impressionnant. Sur rectangle numérique, cela ne donne plus rien…

Là, on a l’impression d’énormes blocs de granit posé les uns à côté des autres, tous dans le sens de la pente. On imagine des devers, on imagine des entailles, des fissures entre les blocs. On se demande alors comment un chamois ou un bouquetin pourrait aller se promener sur ces pelouses désertées par tout type de bovins ou d’ovins. Je vois mal un berger en grande pompe passer d’un bloc à l’autre afin d’aller récupérer ses bêtes avec son chiot !

Cet équilibre n’est pas dans une échelle humaine.

Il est où le titou ? En pratique, il est facile à trouver, il n’y a même pas à marcher. Il se trouve en face du refuge de Rosuel en entrée du parc national de la Vannoise coté Peisey-Nancroix.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.