L’épouvantail – seconde version

Notre épouvantail était tout de même bien à poil. Certes, il avait une écharpe, mais celle-ci ne fait pas tout ! Ainsi, les nuits peuvent être fraîches et les journées parfois humides…

Il manquait donc un élément indispensable qui a été posé dès la fin mars : une veste

blanche

…écrite noir sur blanc.

En cette période de confinement, une blouse blanche était la tenue adéquate la plus adaptée à la situation. Nous avions plusieurs solutions pour obtenir cette blouse.

  • La première consiste à subtiliser une blouse neuve de la pile destinée à l’hôpital ! Ce serait tout de même un peu gonflé…
  • La seconde consiste à récupérer une blouse usagée de l’hôpital ! D’ailleurs, on voit des tâches rouges sur le bas de la chemisette ! Cela vous en boucherait un coin, tout ce sang dans un potager…
  • La dernière recycle une blouse de peinture a deux balles ayant servit à repeindre en rouge un mur et qui traînait dans un tiroir depuis quelques mois…

En fonction de vos rêves de la nuit, je vous laisse choisir la solution qui vous plaît le plus.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.