Puno

Ces photographies ne sont pas toutes jeunes, elles ont déjà 23 ans et ont été numérisées il y a déjà quelques années. En effet, pas d’appareil numérique grand public à cette époque-là, on se promenait avec un petit paquet de pellicule 24×36 et quand il n’y en avait plus, il n’y en avait plus. Enfin, il était possible d’en acheter sur place mais pas toujours de la meilleure marque…

Et parfois on se faisait voler son sac !

Avec évidement une partie des pellicules non développé dedans. C’est évidemment ce qui nous était arrivé dans cette petite ville de Puno au Pérou pas toujours sympathique. Heureusement, on s’y prépare et on ne met pas tous ses œufs dans le même panier. Ainsi il reste ces quelques images, entre autres.

Je suis persuadé que la ville a bien changé depuis 1997. Les quelques images sur Wikipédia le montre. À l’époque, cela semblait une ville assez pauvre au bord du lac Titicaca. Pas complètement sur le lac non plus, au fond d’une baie légèrement séparée du lac par une bande de roseau archi connu, photogénique et ultra touristique. Cela est une autre histoire.

Ainsi les bords du lac coté Puno sont assez sales, avec des grandes zones à algues vertes ne donnant pas du tout envie de mettre les pieds dans cette vase peu ragoutante. Cela tombe bien aussi. En août, c’est l’hiver sur l’Altiplano ! Cependant, le mélange de bleu, de vert, de marron hivernaux et d’un éclairage capricieux donne des instants d’éternités à nos pupilles coloriées. On aimerait vagabonder plusieurs jours dans l’arrière-pays et monter sur ces divers pains de sucre, dans l’espoir de voir de nouveau un instant magique de l’autre côté du miroir.

Et à gauche ?

Au centre, il y a le petit port, mais c’est quoi à gauche cette grosse battisse blanche au loin, sur les bords du lac ? De mémoire, il s’agit tout simplement d’un centre touristique, un hôtel de luxe pourrait-on dire, pour ceux qui visitent les pays juste pour ensuite montrer leur image à la compagnie, un peu ce que je fais ici !

Rassurez-vous, nous étions logés dans un vieux boui-boui du centre-ville dont je n’ai absolument aucun souvenir !

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.