Empenadas maison

Petit vol direct sur l’Amérique du Sud le temps d’un soir. Pas en avion, pas le temps, ni en trou de ver, pas encore au point. Non, au four tout simplement. À vrai dire, après son passage au moulin, autant faire cuire la farine vite fait bien fait avant qu’elle ne se fasse manger par les ephestias kuehniellas (oui je sais, cela fait très scientifique pour de bêtes mais énervantes mites de farine) avec les fortes chaleurs, comme tous les étés….

Donc pourquoi pas quelques empenadas au menu ce soir ?

M’énerve, mon éditeur ne reconnaît pas empenada comme mot français ! Pas de soucis pour zigouigoui et pour pitchounette mais un moche liseré rouge au dessous des empenadas ! On va tout simplement faire une exception et dire que pour eux cela représente la plaque du four qui les cuit, cui-cui !

Comme vous ne le savez pas ou alors que trop bien, il y a une immense diversité de ces petites choses là. Des grandes plutôt en Espagne, notamment en Galice, et des plus petites en Amérique du Sud. En Colombie, elle est faite à base de farine de maïs. Mais le top du top absolument pas objectif est la version Argentine ou le bord de l’empenada est festonné pour en indiquer le contenu. C’est la classe totale !

Inutile de vous dire à quelle tradition nos empenadas sont liées…

Il n’a pas fallu 30 min pour vider notre assiette. Miam miam, vive certaines traditions facile à refaire chez soi.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.