Sergio & Serguéi

Alors que la station chinoise Tiangong-1 hors de contrôle depuis quelques années est rentrée dans l’atmosphère (désorbitage) ce matin 2 avril vers 00h16 dans le pacifique, c’est la fin d’un long suspens sur l’heure exacte qui n’a fait que reculer de quelques jours jours et le lieu de chute… Ouf, personne n’est touché encore une fois !

Mais quel est le rapport avec le titre ?

Bien plus que vous pourriez ne l’imaginer au premier abord. Bien qu’elle plus petit que la station Mir, la programme spatiale Chinois a été fortement influencé par le programme soviétique… Justement, la station Mir lancé sous l’aire de URSS subit de plein fouet la chute de l’union par Boris Eltsine et finira sa vie Russe en mars 2001. Mais que se passa t-il lors de la chute de l’union fin décembre 2011 ?

Un certain Sergueï Krikaliov était à bord de la station. Arrivé avec le Soyouz TM-12 le 19 mai 1991, il poursuit sa mission avec le commandant Alexander A. Volkov du Soyouz TM-13, faisant de nouveau une EVA (sortie extravéhiculaire), avant l’atterrissage dans les plaines Kazakh le 25 mars 1992, presque 1 an après. Il a alors détenu le record de durée de séjour dans l’espace en temps cumulé (803 jours).

Mais quel est le rapport avec le titre ?

On se rapproche, ne trouvez-vous pas ? On a déjà la moitié… À la même époque, à Cuba, un radio-amateur de grand talent Sergio Gonzalez Blanco dit Sergito (CO2VV) est ingénieur en télécommunications. Diplômé en URSS, à la fin des années 1980 et pendant les années 1990, il aurait été a priori le premier Cubain à communiquer régulièrement avec la station MIR, notamment avec les radio-amateurs cosmonautes Moussa Manarov et Sergueï Krikaliov ! Il fut ensuite l’un des pionniers en participant à la construction de satellites de radio amateur…

À partir de cette trame historique, le réalisateur Ernesto Daranas conserve certains éléments, en déforme d’autres, en ajoute quelques uns et tourne une fiction éblouissante Sergio & Serguéi dans le Cuba post URSS avec des agents secrets, des séquences spatiales, un peu de poésie et d’irréel. Cuba reste Cuba. Il y a du burlesque, du comique, du rhum, le stress d’un régime autoritaire, le charme de cette île est intact ! Si tout cela s’est presque passé il y a 25 ans, on se sent néanmoins dans un film de science-fiction très moderne, avec une micro-référence à 2001, l’Odyssée de l’espace !

À voir absolument s’il passe à coté de chez vous !

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.